Seul, face à la rupture de la distribution de certains médicaments

La France est considérée comme un pays développé par les différents spécialistes. Elle figure parmi les grandes puissances économiques de ce monde. Nous pourrions enjoliver continuellement la chose, mais sur une partie du plan sanitaire rien ne va plus. Nous courrons tout droit vers la catastrophe.

La délocalisation des entreprises hors de l’hexagone joue un rôle majeur dans cette crise touchant de nombreux médicaments nécessaires pour ne pas dire vital pour de nombreux malades. Dans ce contexte où la distribution se réalise dans un flux tendu, les ruptures de stock deviennent de plus en plus régulières. La santé est bien commun et ne devrait pas être marchandée comme cela se réalise actuellement à travers les différents laboratoires pharmaceutiques. La question des lois du marché génère de façon irrémédiable la notion de l’offre et de la demande.

La pénurie de certains médicaments nous rappelle notre fragilité évidente dans le système de santé actuel. Ce n’est pas tant le système par l’assurance-maladie tout comme la sécurité sociale qui est en cause, mais la notion même de la chaîne d’approvisionnement des médicaments. Dans le cadre d’une gestion par le privé où les fournisseurs tout comme les laboratoires demeurent entièrement indépendant de l’état et fonctionnent comme des entreprises du privé, nous sommes face à la démonstration que la gestion du privé est plus catastrophique que la gestion du public.

Cela démontre également que la France doit faire le nécessaire pour reprendre en main la question de la gestion du médicament où sinon elle s’enlisera profondément dans une dynamique où elle ne pourra pas se relever sans gérer des conséquences majeures au niveau des personnes malades. La question d’une réforme structurelle permettant de reprendre en main la fabrication jusqu’à la mise à disposition des médicaments sous ordonnance devient un enjeu de société.

Le rôle du régulateur du médicament à travers l’ASNM n’est plus tellement assuré. Le fait de reconstituer des stocks au niveau de l’ensemble des molécules devient une mission d’intérêt général. Nous sommes actuellement dans une situation où la question de l’urgence devient plus qu’un mot, mais une nécessité fondamentale.

Le capitalisme démontre une nouvelle fois qu’il n’est pas en mesure de palier les crises, mais qu’il est à l’origine des crises notamment sanitaires et dans ce cadre d’une création insidieuse concernant la rupture de stock de certaines molécules. La vision de nationaliser l’ensemble des pharmacies, des fournisseurs et des laboratoires peut paraître futile, mais cette idée pourra permettre de faire émerger des solutions alternatives par rapport à ce qu’il se réalise actuellement. Il semble dès lors nécessaire de changer le système de la gestion du médicament.

Ainsi, les malades se retrouvent désemparés face au fait qu’ils ne peuvent plus avoir une béquille pour tenir debout et vivre une vie comme tout le monde. Loin d’être un luxe, la question du “droit à l’accès aux soins” s’avère être une norme fondamentale pour les pays occidentaux. La solitude dans ce cas peut s’avérer particulièrement difficile pour ceux qui traversent une tempête dans un cadre où la volonté de retrouver une vie normale, notamment dans les maladies psychiques, s’avère déterminante.

Dans le cadre des maladies psychiques, la décompensation intervient dans le fait que certaines molécules sont addictogènes. De ce fait, le malade au-delà de l’effet thérapeutique que génère la molécule sur lui, la création d’une accoutumance peut générer une douleur particulièrement violente au point de risquer dans le cas extrême : une crise cardiaque. Les conséquences peuvent dès lors générer un drame largement évitable.

Certaines personnes découvrent une crise sanitaire au moment où nous sommes confrontés face à la pandémie liée au coronavirus, mais cette crise était antérieure et d’une autre nature. Il est vrai que cette dernière s’avérait être très silencieuse, mais elle brise des vies sur son chemin.

--

--

Blogueur & Journaliste indépendant | Militant Communiste

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store